Centurion modère la discussion sur le secteur aval à Africa Oil & Power

Le Cap, le 12 octobre 2019 : Centurion Law a animé et modéré le débat de l’industrie sur le secteur aval de l’Afrique et les nouvelles routes commerciales du continent lors de la conférence Africa Oil & Power au Cap, hier. Sous la direction de Zion Adeoye, principal associé du cabinet de Centurion, la discussion a porté sur les moyens de rendre l’accès à l’énergie plus fiable et abordable pour les Africains et de mieux équilibrer l’offre et la demande de produits de base tels que le pétrole, le gaz naturel et les produits pétroliers.

La conversation a été rejointe par des dirigeants africains de premier plan dans le secteur de l’énergie, tels que Mohsin Seedat, directeur général par intérim d’iGas, Eghosa Oriaikni Mabhena, chef de la division Afrique de Puma Energy, Muzi W. Mkhize, membre de l’autorité de réglementation des oléoducs a l’Autorité de régulation de l’énergie sud-africaine, Serigne Mboup, administrateur de la SAR, et Igho Charles Sanomi, PDG du groupe Taleveras.

Rappelant à l’audience que le secteur aval de l’Afrique était caractérisé par des raffineries obsolètes et par le manque de capacités de raffinage, Zion Adeoye a conduit les participants à fournir une évaluation détaillée du scénario actuel de l’offre et de la demande sur le continent. « La portée du marché se diversifie », a déclaré Mohin Seedat. ‘Le pétrole et le gaz deviennent de plus en plus accessibles et le segment de la vente au détail évolue également. »

La plupart des pays pétroliers africains réorganisent et développent leurs raffineries existantes ou en construisent et en planifient de nouvelles. Cette capacité supplémentaire transformera la dynamique actuelle du secteur. Le panel a mis en exergue les opportunités à venir en termes de rééquilibrage des déficits budgétaires des grands importateurs de produits pétroliers et de diversification dans des produits pétrochimiques et à valeur ajoutée. « Le maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande pour les commerçants est essentiel pour modifier les routes commerciales de l’Afrique », a déclaré Eghosa Oriaikhi Mabhena.

En conclusion de la discussion, les intervenants étaient tous d’accord pour dire qu’il est urgent de mettre en place un plan directeur de l’aval pour l’ensemble de l’Afrique afin d’éviter que les efforts d’infrastructure ne soient gaspillés, en particulier au niveau régional.